30 novembre 2010

L’action Humaine

Je dois maintenant revenir sur le volumineux livre de Von Mises, L’action humaine. J’ai mentionné que la première partie, la praxéologie, était sans aucune valeur réelle. Ce n’est pas le cas de la deuxième partie. On y découvre de grandes vérités sur l’individu et sur la société. Mais il y a aussi des erreurs qui nuisent grandement à la compréhension de l’essence de la société. Commençons par la plus évidente et la plus néfaste. «Selon les doctrines (…) du holisme, du collectivisme, et de certains représentants de la psychologie... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2010

La misère du monde

Certains livres nous font du bien et nous aide à mettre en perspective notre propre situation. C’est le cas de l’ouvrage collective sous la direction de Pierre Bourdieu, La misère du monde. À prime abord, on peut penser qu’il sera question de la misère du tiers monde, mais ce n’est pas le cas. Il s’agit plutôt de la misère au sein des sociétés opulentes. Parce qu’effectivement cela existe. Il faut parler, dans ce cas, de petites misères récurrentes et quotidiennes, mais qui n’en sont pas moins réelles. Comment la caractériser?... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2010

Déviance et délinquance

De manière indue on considérait habituellement par le passé que la délinquance juvénile était le lot de «sous-culture des milieux désavantagés» ou pauvres. On réservait ainsi l’appellation de déviance pour les enfants de famille riche, puisque lorsqu’il y avait méfait et acte délictueux, la famille fortunée réglait le problème en envoyant le délinquant en institution privée, chez un parent qui pouvait offrir du travail ou même dans les colonies en s’enrôlant dans l’armée. Autrement dit, «la délinquance était connue de la société,... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 17:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2010

Les Harmonies économiques (Suite)

Dans cet ouvrage de Frédéric Bastiat on retrouve des propos fort pertinents, mais d’autres facétieux. Jetons-y un dernier coup d’œil.Pour notre auteur l’homme est une force libre. Il peut donc choisir. Mais parce qu’il peut choisir, il peut se tromper, commettre des erreurs, et ainsi souffrir. Or cette souffrance nous fait prendre conscience de nos égarements et amène la responsabilité. Elle nous ramène dans la voie du bien et de la vérité. «Ainsi, non-seulement nous ne nions pas le Mal, mais nous lui reconnaissons une mission, dans... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 19:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2010

Les harmonies

C’est durant notre jeunesse que nous sommes remplis d’idéaux. Nous voulons changer le monde parce qu’il nous paraît injuste dans l’état où il se trouve. C’est aussi à cette époque de notre vie que nous sommes attirés par la littérature socialiste. Ou devrait-on plutôt dire vers les auteurs qui s’indignent fortement devant les rapports entre êtres humains, qui leur semble souillé exclusivement par l’intérêt personnel. Pour cette raison Frédéric Bastiat a entrepris d’écrire un ouvrage qui s’adresse aux jeunes gens, pour qu’ils ne soient... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2010

Serial Killers

Commençons par des chiffres révélateurs : 80 pour cent des tueurs en série depuis les années 70 sont originaires des Etats-Unis. Ce qui laisse un maigre 20 pour cent pour l’ensemble des autres pays sur la planète. Certes il y a eu des tueurs en Europe, mais ils sont liés à des circonstances exceptionnelles. «Le Vampire de Düsseldorf, dans l’Allemagne défaite des années 20, ou le docteur Petiot dans le contexte de l’occupation, (ajoutons) le Monstre de Rostov au moment de la désintégration de l’Union soviétique (…)» Ce qui caractérise... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2010

Les mensonges de l’économie

John Kenneth Galbraith, célèbre économiste américain, est l’auteur de Le capitalisme américain (1958), L’ère de l’opulence (1961) et Le nouvel État industriel (1967). Une de ses principales tâches fut de décrire l’avenir des sociétés industrielles. Il est bien loin d’attribuer au seul régime soviétique le rôle de planificateur dans l’organisation économique. Pour lui il y a autant de planification en régime capitalisme moderne. En cela il rejoint la position de Raymond Aron. Qui dit planification dit aussi, par le fait même, contrôle... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 21:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2010

Être et Temps (Sein und Zeit)

« Chacun  est les autres etpersonne n’est soi-même. » La grande œuvre de Martin Heidegger, Être et Temps, peut paraître à prime abord extrêmement absconde et très spéculative. Mais elle n’en est pas moins digne d’intérêt, ne serait-ce que pour la question de l’authenticité. On y trouve une multitude de détails et de distinctions précises qui nous aide à bien comprendre la condition humaine; ce qui nous permet par la suite de reconsidérer notre perspective sur le monde et de modifier nos attitudes et nos comportementsLe but de... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2010

L’estime de soi

L’estime de soi est une des composantes fondamentales de la personnalité. Malheureusement, comme elle commence à se structurer très tôt durant l’enfance, un échec partiel dans son développement vient souvent empêcher que se forme une image de soi stable et solide. Les événements et les aléas de l’existence seront plus lourds de conséquence pour une personne qui ne possèdent pas de bons appuis et une bonne estime de soi. Nous vivons une période unique au sein de laquelle les pressions sociales sont devenues extrêmement contraignantes.... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 14:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2010

Les lois de l’imitation

" Penser spontanément est toujours plus fatigant que penser par autrui. " Le sociologue Gabriel Tarde considérait que pour expliquer et comprendre les faits sociaux, les règles et les lois qui gouvernent la société, il était inutile de vouloir décrire le connu à partir de l’inconnu. Pour lui, il n’était pas nécessaire de faire appel à des causes générales pour expliquer les actes ou les institutions. D’une certaine manière anthropologique, il convenait d’établir certaines règles du comportement humain et de bien délimiter... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]