17 novembre 2011

La perte du sens

À la fin du 19e siècle, un penseur avait prédit qu’avec la mort de Dieu la question du sens de la vie ne se poserait plus et que nous deviendrions indifférents et tièdes, dépassionnés de la question divine. Comment cela s’est-il passé au juste?

Il se pourrait que la conception d’une vie heureuse après la mort ce soit sécularisée à un certain moment donné pour devenir une vie heureuse ici et maintenant durant l’existence terrestre. Il se peut aussi que ce soit le socialisme et le communisme et leur solidarité-équité qui aient incarné cette valeur et ces espoirs. C’est toute cette architecture qui va se défaire et qui va évacuer la question du sens de la vie.

Ce serait durant les années 80 dans lesquelles l’individualisme-égocentrisme se cristallise que la politique de mise à mal de l’État-providence va avoir une répercussion sur les idéaux et la question du sens de la vie. Désormais, il n’y a plus de sens, mais une injonction de jouir dans le présent le plus possible.

 

Posté par karlus1972 à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La perte du sens

Nouveau commentaire