05 novembre 2010

Lettres philosophiques

Voltaire, de son véritable nom François-Marie Arouet, a écrit les Lettres philosophiques sur l’Angleterre alors que l’on lui a gentiment et fortement conseillé de se taire et de se faire oublier dans son pays d’origine. Du moins pour un certain temps. Il part donc pour l’Angleterre. Il y découvre une société radicalement différente de celle de la France, à son époque. Ces lettres n’ont pratiquement rien à voir avec la philosophie. Les premières s’apparentent plutôt à un travail de journalisme. Peut-être le tout premier en ce genre.... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 20:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2010

Les Grecs

On dit des Grecs qu’ils furent courageux dans plusieurs des épisodes qu’ils connurent comme étant à risque pour eux et leur civilisation : probable guerre de Troie, deux guerres médiques et le conflit fratricide de la guerre du Péloponnèse. Mais c’est brièvement de leur religion que je veux parler.Dans l’Illiade, on découvre des Dieux qui sont plutôt amoraux ; leur histoire n’est pas racontée pour fournir les bases du comportement moral des lecteurs. Ils sont lointains dans un univers où ils sont dans la pure joie d’exister. Mais les... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 20:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2010

Deux siècles de rhétorique réactionnaire

À la fin des années quatre-vingt, Albert Hirschman se met à l’écriture d’un livre, dans un premier temps, sous la forme d’un pamphlet : Deux siècles de rhétorique réactionnaire. Le but principal était de réagir contre les positions néo-conservatrices agressives qui tentaient de miner la politique économique sociale. Pour les décideurs Étatsuniens, il était temps d’en finir avec le keynésianisme et les politiques interventionnistes. C’est ainsi que toute une panoplie de chercheurs, avocats intéressés, provenant des officines et des... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2010

Eris

Hésiode, le poète grec, considérait, dans sa Théogonie, l’Eris, la Lutte, comme étant purement destructrice et éternel facteur de dissension. Mais il corrigea son point de vue dans son ouvrage suivant. Dans Les travaux et les jours, au tout début du poème, il distingua deux types de lutte : l’une qui "fait grandir la guerre et les discordes funestes, la méchante !" ; l’autre qui est "bien plus profitable aux hommes. Elle éveille au travail même l’homme au bras indolent(…) : tout voisin envie le voisin empressé à faire... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]