01 novembre 2010

La reproduction

L’industrialisation forcée de l’URSS, sous la gouverne de Staline, fut précédée par un débat à caractère économique, pour tenter de déterminer qu’elle serait "la bonne politique en matière d’investissement et de choix industriels ". On en vint ainsi à préconiser l’industrie lourde, la mécanisation et, bien sûr, l’armement. Tout ceci se fit au détriment de la production des biens de consommation. Cette préférence pour les biens d’investissement productif remonte au tome 2 du Capital. Dans son analyse de la reproduction du... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2010

The Market Experience

Dans The Market experience, Robert Lane traite de l’institution du marché et de ses effets sur la somme totale de bonheur humain, délaissant ainsi les marqueurs traditionnels socio-économiques que sont le PNB par habitant, le taux de chômage, le niveau de scolarisation, l’alphabétisme, etc. Il sera amené, de cette manière, à prendre en compte l’amour-propre, l’amitié, la satisfaction au travail, la gratification et, globalement, le bonheur que peuvent ressentir les individus face au marché et au libéralisme. La question est donc de... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 16:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2010

Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie

Si avec la publicité et le marketing on cherche à vendre un produit, avec la propagande les instances politiques ou les pouvoirs en place tendent à implanter des valeurs et des idées. En fait, le but visé est de transformer la perception qu’ont les citoyens face à des événements ou à des personnalités publiques que l’on met en scène pour servir des objectifs précis. Ce sera donc par la manipulation des informations qui font appel aux émotions et aux sentiments que l’on essaiera, grâce aux connaissances en psychologie sociale, de faire... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2010

Du conflit comme élément fondateur d’une communauté

Il peut paraître paradoxal que le conflit puisse fournir les éléments propices à la cohésion et à l’esprit communautaire. C’est pourtant ce que proposent certains chercheurs en sciences sociales. Ils rejettent ainsi "catégoriquement l’idée qu’il soit possible ou même souhaitable que les sociétés modernes établissent une espèce de consensus autour de la vie droite fondée sur des valeurs ou de normes éthiques positives communément acceptées". L’idée est surprenante à plus d’un point de vue, mais chose certaine il faut... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 16:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2010

L’hypermodernité

Pour Gilles Lipovetsky nous serions passés à une nouvelle époque de l’histoire. Après la modernité et la postmodernité nous serions présentement entrés dans une nouvelle ère qui se nomme, par convention, hypermodernité. Afin de mieux y voir clair, il nous faut revenir un peu en arrière.La modernitéSi l’on suit la périodisation anglo-saxonne, la modernité se divise en trois sous-périodes. La première, l’époque moderne antérieur commence en 1492, et se termine en 1792. La seconde, l’époque moderne 1, débute en 1792, et se termine en... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2010

L’esprit du capitalisme

La grande œuvre du fondateur de la sociologie allemande, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, pose certains problèmes pour notre compréhension actuelle. Certains chapitres sont restés comme intacts et lumineux dans leur démonstration, tandis que d’autres, surtout un en particulier, nous semble devenu incompréhensible à force de détails et d’éruditions. Je crois bien avoir, par ailleurs, trouver une solution à ce problème. Il suffit de lire en parallèle Le bourgeois de Werner Sombart. J’utiliserai donc ces deux sources... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2010

Le capitalisme financier

Les deux grands exégètes de l’oeuvre de Marx, en particulier du Capital, que furent Rosa Luxembourg et Lénine peuvent grandement nous aider dans la compréhension des aboutissants qui résultèrent dans le marxisme et la littérature secondaire. La tentation est parfois grande de vouloir invalider Lénine en raison de sa vie d’homme politique despotique. Mais ce qu’il faut admettre et comprendre c’est que ce personnage avait de grandes convictions doublées d’une bonne érudition. Lorsque, comme c’est son cas, on croit bien saisir la portée... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 16:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2010

Merleau-Ponty (Humanisme et terreur)

"L’on ne devient pas révolutionnaire grâce à la connaissance intellectuelle mais par suite d’indignation. La connaissance intellectuelle vient ensuite étoffer et préciser cette protestation vague."
Posté par karlus1972 à 16:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2010

C.S. Lewis

"Les Anglais prennent leur sens de l’humour tellement au sérieux qu’une déficience dans ce domaine est presque la seule à leur inspirer de la honte. L’humour est la panacée qui console de tout et qui excuse n’importe quoi dans la vie."
Posté par karlus1972 à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2010

Propagande

Certaines élites pestent contre la démocratie parce qu’elle entrave parfois leurs projets. Dans la toute première édition de l’Encyclopoedia of Social Sciences, parue dans les années 30, le plus prestigieux de ces chercheurs, Harold Laswell, précisait sa pensée sur les rapports des médias et de la démocratie." Il importe surtout, de ne pas succomber au dogmatisme démocratique, c’est-à-dire à cette idée selon laquelle les gens ordinaires seraient en mesure de déterminer eux-mêmes leurs besoins, leurs intérêts et qu’ils seraient... [Lire la suite]
Posté par karlus1972 à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]